Devenir franchisée, Entrepreneuriat

temps de lecture : 3 min.

5 conseils pour réussir sa reconversion professionnelle

Ce que vous allez découvrir dans cet article

63% des Français pensent à une reconversion professionnelle. 

Le déclic, bien souvent, est une impression de passer à côté de sa vie, de ne pas exploiter tout son potentiel, d’avoir fait le tour de son métier, voire un véritable malaise dans son poste actuel. 

Quelle que soit la raison qui pousse à vouloir changer de métier, quel que soit l’âge, un désir de reconversion peut devenir un formidable tremplin pour redonner du sens à sa vie, s’accomplir, se lancer dans une « deuxième vie ».

Il est primordial de prendre son temps, de réfléchir, et, surtout, de se donner toutes les chances de son côté pour garantir le succès de sa reconversion professionnelle. Voici 5 conseils pour un rebond professionnel efficace.

1- Elaborez un/des pré-projet-s

4,5 millions de personnes font appel aux services à la personne chaque année. De par sa variété, les services à la personne couvrent l’ensemble des besoins des particuliers. Entre garde d’enfants, aide à la personne et multi-services, le marché attire de nombreux porteurs de projets pour entreprendre : c’est un secteur porteur en franchise sur lequel il est bon d’investir.

Les questions à vous poser : 

  • Avez-vous besoin de conserver son train de vie de manière constante ou au contraire peut-on supporter de réduire celui-ci durant quelques mois ?
  • Avez-vous besoin de confort et de sécurité ou au contraire êtes-vous friandes de défis, d’adrénaline…etc. ?
  • Avez-vous envie de faire un travail qui ait du sens, des valeurs, etc. ou privilégie-t-on les challenges intellectuels/l’argent/le changement… ?
  • Avez-vous envie de rester salariée ou d’entreprendre et travailler à votre compte ?
  • Souhaitez-vous vous orienter et apprendre un nouveau métier ?
  • Avez-vous envie de changer de région pour travailler ?

Nous avons arbitrairement opposé ici des envies/besoins qui peuvent tout à fait se marier, selon les projets. L’important n’est pas là. L’essence même de l’exercice consiste à dresser une sorte de carte de son avenir.

2- Evaluez le rapport coût/bénéfice

Il ne s’agit bien évidemment pas là de dresser un tableau avec des dépenses d’un côté et des recettes de l’autre. Un projet de vie n’est pas un bilan comptable ou un prévisionnel financier ! On parle évidemment de coût symbolique (mais pas que) et de bénéfices également symboliques (mais pas forcément).

En effet, par exemple, pour certains, le bénéfice (être son propre patron/avoir un métier que l’on rêve de faire/accepter des challenges/etc.) sera inférieur au coût (baisse de revenu irrémédiable/rythme de vie important les premiers mois/reprise des études/déménagement indispensable/etc.). Pour d’autre en revanche, les mêmes bénéfices seront supérieurs aux mêmes coûts ! Ici encore, donc, il n’y a pas de recette, mais simplement une méthode permettant de mettre en regard ce que l’on gagnerait à une reconversion et ce que l’on pourrait perdre potentiellement. Ou en tout cas ce que l’on ressentirait comme un gain et ce que l’on ressentirait comme une perte.

Parfois, à l’issu de ces 2 étapes, certains renoncent finalement à un projet de reconversion professionnelle, d’autres prennent conscience qu’ils n’ont pas envie de changer de métier, mais que ce sont simplement les conditions d’exercice actuelles de leur métier qui génèrent un malaise. Et bien sûr, il y a ceux (75% des personnes qui entament un projet de reconversion) qui au contraire sont confortés, par ces étapes, dans leur désir de reconversion… et qui y voient plus clair !

3- Détaillez les freins et les leviers

Cette étape demeure légèrement différente de la précédente. Celle-ci est plus concrète et participe déjà de la construction du projet de reconversion. L’idée sous-jacente vise à dresser un tableau des freins et leviers pour entreprendre. Ces informations doivent vous permettre conjointement de vous forger un choix et de cerner des freins éventuels pour pouvoir vous projeter dans votre reconversion professionnelle.

  • Les freins les plus classiques sont les suivants : la pression familiale, les problèmes de financement, le manque de confiance en soi, le manque d’idée, l’âge, un manque de formation, la question d’un déménagement impossible… etc.
  • Les leviers les plus fréquents sont les suivants : un déclicla motivationun soutien familial, une épargne importante, la mobilité, etc

Cette étape dépasse largement le stade qu’un simple constat. Cette étape de réflexion doit vous mener à lever les freins pour mener à bien ce projet de tremplin professionnel dans l’entrepreneuriat.

4 - Construisez votre projet

Cette formalisation doit être très concrète et ressembler, en définitive, à un business plan, même si l’on ne souhaite pas créer son entreprise ! Ce « plan de reconversion » doit en effet reprendre les données subjectives (désirs, besoins, etc.), les données techniques (formation, connaissances, mobilité, etc.) mais aussi financières (quel coût, quelles dépenses, quelles recettes, quand, etc.).

5 - Faites vous accompagner

Pour faire le point sur votre carrière, sachez qu’il existe des spécialistes de la reconversion tels des cabinets spécialises dans la transition de carrière, des consultants, des institutions (CCI, CMA, BGE) en région qui peuvent accompagner tous les profils de femmes vers pléthores d’autres projets de reconversion !

Une seule chose est systématique : l’accompagnement maximise ses chances de réussite. Il peut s’agir ne serait-ce d’un regard extérieur, d’une expertise métier, d’une aide, d’un soutien psychologique, d’une formation… etc.

Vous disposez désormais de toutes les clés pour réussir votre reconversion professionnelle, alors lancez-vous ! Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir régulièrement nos conseils et l’agenda des événements que nous organisons pour réussir sa reconversion professionnelle vers l’entrepreneuriat !

Sur Reconversionenfranchise, nous sommes spécialisés dans la reconversion en franchise des femmes ! C’est-à-dire à quel point nous sommes convaincues de la pertinence de ce mode entrepreneurial pour la reconversion professionnelle des femmes (quel que soit leur âge). Et pour cause ! En franchise : le nouveau métier est transmis, appris par le franchiseur (l’enseigne que l’on rejoint) via une formation souvent complète ; on est accompagné tout au long de son contrat en commerce organisé (qu’il s’agisse de franchise, de licence de marque, de concession, de partenariat, etc.) ; on est indépendant ; on gagne bien sa vie (généralement) ; on a accès à quasiment tous les métiers qui existent ; on n’est jamais seul ; etc. La seule contrainte est financière : il faut en général a minima 5 000€ à 10 000€ d’apport personnel pour se lancer (parfois, en fonction des enseignes et des projets, jusqu’à 250 000€ d’apport personnel !).

C’est pourquoi nous accompagnons, via nos articles, nos experts, nos web-conférences, nos journées-rencontre, etc. les femmes en reconversion vers l’entrepreneuriat en franchise.

LIVRE BLANC 
Bien démarrer en franchise

Un guide pour vous guider sur les étapes de la création d’entreprise en franchise

Pour découvrir nos enseignes partenaires

À découvrir aussi ...

Entreprendre en couple

Retrouvez les témoignages et les conseils de 3 couples franchisés qui se sont lancés dans l’entrepreneuriat à deux.